Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

art : pastels et autres peintures et dessins

Pouce, j’arrête !

En emménageant dans le petit appartement où nous vivons actuellement, j’ai acheté un pot de peinture blanche pour repeindre les horribles placards de la cuisine. Le pot a traîné sur le plan de travail près de l’évier pendant un an et demi… Aujourd’hui où j’en avais besoin pour refaire les joints de la baignoire et du lavabo, le pot n’était plus là.
Je me souviens vaguement l’avoir rangé, il y a quelques semaines, en me disant "Allons, il faut avoir un peu plus d’ordre !"  Mais rangé où ?
En fait, je me débrouille très bien dans mon désordre et je sais parfaitement où se trouvent les choses dont j’ai besoin. Je le sais au tas près ! Mais là, j’avais tellement bien rangé le pot de peinture que je ne savais plus où il était. J’ai donc cherché dans la petite bibliothèque noire que j’avais commencé à peindre en blanc sans retirer les livres (j’ai donc fait un côté), j’ai regardé dans le placard de l’entrée, sous le plan de travail et finalement, je l’ai trouvé au-dessus des placards de la cuisine que je devais peindre.
En cherchant, j’ai retrouvé d’autres choses que j’avais rangées aussi et que j’avais oubliées ! J’ai retrouvé 6 mains gauches de gants de vaisselle. Pourquoi la main gauche ? Parce que je crève toujours la main droite en premier. Comme je ne veux pas polluer l’environnement dans lequel nous vivons - je vous le rappelle - je garde la main gauche et je l’utilise pour d’autres usages. Le gant gauche me sert par exemple à nettoyer les WC (j’ai aussi une éponge spéciale : une pour ambidextre). C’est vrai, ce n’est déjà pas très amusant de nettoyer les toilettes, mais en mettant le gant gauche à la main droite, je ne pense plus au destin à se faire mousser auquel mon Bac + 6 m’a conduit, je pense plutôt aux gauchers, obligés d’utiliser des objets conçus pour les droitiers et qui doivent s’adapter en permanence à un monde prévu pour les autres. Je pense à eux et je les comprends. Finalement, ce n’est pas la position physique (assis devant son bureau ou à genoux devant ses toilettes) qui fait la profondeur de la réflexion. C’est la capacité à se mettre à la place des autres. (C’est beau ce que je viens d’écrire, non ?)
Mais dans l’immédiat, les toilettes étant propres, ce n’était pas l’heure de penser, sinon celle de chercher un pinceau ! Sachant pertinemment que je n’en avais pas, je suis allée en « voler » un à l’enfant.
De retour dans la salle de bain, j’ai retiré tout ce qui encombrait : gels douches et shampooings de la baignoire, verre à dents du lavabo, porte-savon… et j’ai tout mis par terre. J’ai repeint le tour de la baignoire et le joint du lavabo en quelques minutes et j’ai plongé le pinceau plein de peinture dans une bouteille de lait que j’avais remplie d’eau pour que les poils du pinceau ne durcissent pas le temps de tout ranger. Justement,
maintenant, il fallait tout ranger. J’ai donc pris délicatement le pot de peinture du rebord de la baignoire pour le poser sur la sortie de bain afin d’appuyer sur le couvercle verticalement et éviter qu’il ne glisse, mais là, je n’ai pas compris, au moment où j’ai appuyé, le couvercle est entré dans le pot ! De la peinture a giclé sur ma sortie de bain pendant que mon pouce s’enfonçait dans la peinture. Saisissant le papier toilette pour essuyer le plus gros de la peinture sur mon pouce, j’ai vu que la peinture blanche était rouge vif sur le papier ! "Mince, je me suis entaillée le doigt avec le rebord du pot !" En me relevant pour passer mon doigt sous l’eau, j’ai tapé dans le verre à dents qui s’est cassé, mais comme je pissais le sang, j’ai laissé le verre pour saisir de la main gauche un coton à démaquiller et de l’alcool à 90°. "Oh, la vache, la vache, ça piiiiique !!! "  Laissant le coton plein de sang sur le rebord du lavabo, j’ai sorti (toujours de la main gauche) les pansements, ouvert en pestant la mince pellicule de protection qui est très facile à ouvrir quand on a deux mains mais qui est très dure à ouvrir quand on en a qu’une, puis j’ai serré le pansement sur mon doigt pour stopper l’hémorragie. Ouf, pour le pouce, c’était fini.
Bon, le reste maintenant. J’ai ramassé les morceaux de verre en faisant bien attention à ne pas me couper (j’avais déjà donné), j’ai récupéré le couvercle dans le pot et essuyé le plus gros de la peinture avec du papier toilette, j’ai pris les cotons imbibés de sang et d’alcool et j’ai tout jeté. Ensuite, j’ai voulu frotter la peinture tombée sur la sortie de bain, mais c’était trop tard, elle avait séché… j’ai donc remis les gels douche et consort à leur place puis j’ai saisi la bouteille de lait remplie d’eau blanchâtre que j’ai vidée dans les toilettes, jetant le pinceau par la même occasion ! "Oh, la barbe ! " J’ai donc chaussé mon gant gauche et j’ai plongé la main pour récupérer le pinceau puis j’ai lancé pinceau et gant dans le lavabo et j’ai vite quitté la salle de bain, en disant « pouce, j’arrête ! ».
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
C'est dur l'apprentissage à "la bricole" ...<br /> Je suis d'accord avec toi sur les emballages de pansements qui sont extrêmement difficiles à ouvrir avec une main, ce qui arrive souvent, car c'est souvent nos doigts que nous blessons. <br /> Encore une chose à réinventer !<br /> LIZAGRECE<br /> LIZAGRECE
Répondre
M
<br /> Bon, je réfléchis et je te dis ! Bises<br /> <br /> <br />
M
Bonne journée et à bientôt<br /> Bise<br /> Marie
Répondre
M
<br /> bizz !<br /> <br /> <br />
C
Ce n'était vraiment pas ton jour !!! <br /> à bientôt
Répondre
M
<br /> Pas trop effectivement !<br /> <br /> <br />
J
Il vaut mieux se couper le pouce que de se faire couper la tête. Nous n'aurions alors plus le plaisir à te lire. Grosses bises.
Répondre
M
<br /> Louis XVI aurait été d'accord ! merci pour le "plaisir" !<br /> <br /> <br />
M
Excellent, merci pour cette petite "tranche" de vie bien rigolote....<br /> Bonne soirée !
Répondre
M
<br /> Oui, "tranche", c'est bien le mot !! <br /> <br /> <br />