Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 février 2009 6 28 /02 /février /2009 22:20
Ce que j’aime dans les vacances, c’est quand je rentre à la maison. En effet, juste après avoir ouvert la porte, je pose les valises au milieu du salon et je me dépêche de faire le tour du propriétaire pour inspecter mes plantes.
Hier, quand je suis rentrée, des surprises m’attendaient ! Lorsque j’ai acheté les panais et autres légumes anciens, j’avais planté le bout des légumes où se trouvaient encore quelques fanes. Hé bien, pendant les vacances, elles ont poussé ! La feuille de panais est d’ailleurs très jolie : dentelée et fournie, et surtout, elle a l’avantage d’être inédite pour moi ! Je vais donc passer quelques jours à l’observer et cela me plaît bien. L’observation est une tache très importante lorsqu’on veut connaître ce qui nous entoure et cela vaut aussi bien pour les plantes que pour les oiseaux ou n’importe quoi d’autre. J’ai par exemple beaucoup observé mon père lorsqu’il faisait des travaux. Et le jour où nous avons acheté un appartement à rénover, j’avais une petite idée de la façon dont il fallait s’y prendre.
Le plus amusant, tout d’abord, a été de casser. J’ai abattu une cloison avec un marteau et mes petits bras musclés et cela m’a bien défoulé. Ensuite, lorsque les fils électriques pendaient au milieu de la pièce, j’ai pensé à couper le courant à ce que je croyais être le compteur général. Mais lorsque j’ai reçu ma première décharge, j’ai immédiatement compris qu’il y avait d’autres interrupteurs à baisser. Ensuite, j’ai posé du papier peint, fabriqué et monté une armoire encastrée. Là, j’ai un peu souffert car les planches des côtés étaient très hautes (2m30) et la perceuse plutôt lourde. Pour pouvoir percer les trous, je devais tenir la perceuse à deux mains. Alors, qui tenait la planche ? Ma tête ! Et avec mon pied, je prenais appui sur le mur opposé pour avoir plus de force et mieux percer la planche et le mur ! Le style était très personnel, genre hiéroglyphe égyptien, mais l’armoire était assez réussie, avec des moulures sur les portes et un petit pompon aux jolies poignées rondes. Finalement, avoir la grosse tête, c’est bien utile.
En dehors de l’observation, l’expérimentation est aussi importante. Cependant, le résultat n’est pas toujours celui que l’on attendait et la déception guette. Moi, c’est plutôt côté cuisine que l’expérimentation est décevante. Mais j’ai trouvé la parade : je ne suis jamais les recettes ! Cela amuse toujours le mari d’ailleurs qui m’imite lorsque je décide de tester un nouveau plat. « Verser 200 grammes de farine. Bon, je n’en ai que 50 grammes, donc je vais mettre 3 œufs. Mettre deux œufs. J’en ai déjà mis trois, alors je vais rajouter de l’huile. Ajouter le sel. J’en ai plus, je vais mettre du thym, etc…, etc… » Zut, à la fin, si on ne peut même plus s’amuser dans sa cuisine, c’est pire qu’une dictature ! En plus, c’est parfois très bon, mais alors il est difficile de recommencer le plat car je ne sais plus ce que j’ai mis dedans et j’ai beau relire la recette, cela ne m’aide pas du tout !
Mais tout cela ne me dit pas ce que je vais faire à manger à midi. Je vais donc vider les valises. Cela me donnera peut-être une petite idée.

Partager cet article

Published by Main verte
commenter cet article

commentaires

Margotte 05/03/2009 13:56

De belles recettes savoureuses sont à l'origine ratées, un ptit conseil note tes ingrédients si parfois la recette est réussie tu l'as garde, ravie de te retrouver, bonne fin de journée

Main verte 06/03/2009 10:10


Bonjour Margotte, moi aussi je suis contente de te relire ! Merci pour le conseil ! Bises


Elie :0059: 05/03/2009 05:49

Bon retour et c'est vrai qu'on est toujours content de se retrouver chez soi!
Bises et belle journée!

Main verte 05/03/2009 08:47


Merci et à bientôt !


Linda & Picasso ::0079::0071:: 04/03/2009 10:25

Sorry d'étre peu là cette semaine , mais quand j'ai du boulot je manque de temps ...
un pt poéme pour me faire pardonner?
Avenir
Les coquelicots noirs et les bleuets fanés
Dans le foin capiteux qui réjouit l'étable,
La lettre jaunie où mon aïeul respectable
A mon aïeule fit des serments surannés,

La tabatière où mon grand-oncle a mis le nez,
Le trictrac incrusté sur la petite table
Me ravissent. Ainsi dans un temps supputable
Mes vers vous raviront, vous qui n'êtes pas nés.

Or, je suis très vivant. Le vent qui vient m'envoie
Une odeur d'aubépine en fleur et de lilas,
Le bruit de mes baisers couvre le bruit des glas.

Ô lecteurs à venir, qui vivez dans la joie
Des seize ans, des lilas et des premiers baisers,
Vos amours font jouir mes os décomposés.
ok j'ai triché il est de Charles Cros et pas de moi
passe une belle journée gros bisousssssssss

Main verte 04/03/2009 19:01


Au début, j'ai pesé que c'était de toi, quand-même. Merci pour ce poème ! bises


mom 04/03/2009 09:22

quelle chance d'avoir pu rencontrer Lino Ventura bonne journée

Main verte 04/03/2009 10:01


Oui, mais il était vraiment impressionnant et ça me coinçait pour lui parler. Dommage !


CLine :0056: 04/03/2009 08:50

Hello you !
Oups, te voilà taguée chez moi ce jour ...
Si tu le souhaites bien-sûr !
Bonne journée !

Main verte 04/03/2009 09:59


Je suis taguée chez une autre cop's et je n'ai pas encore répondu. Si c'est le même tag, ça ira ! Je vais aller voir ! Bises


Présentation

  • : Le blog de Main verte
  • Le blog de Main verte
  • : les aventures de la culture en appartement
  • Contact

conseil écolo