Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 mai 2009 5 08 /05 /mai /2009 14:31

Comme beaucoup d’hommes, le mari est un homme très occupé par son travail, le plus souvent en déplacement, me faisant confiance pour assurer l’éducation de l’enfant et organiser le quotidien. Souvent, l’enfant et moi reprochons au mari de ne pas être assez avec nous. Mais avec les ponts de mai, nous l’avons eu plusieurs jours de suite. L’adaptation ne s’est pas faite immédiatement, mais au deuxième week-end, on tient le bon bout.

Le mari est rentré pour le pont du 1er mai. Pas encore détendu de sa semaine, le matin du vendredi, avant de prendre les bols du petit-déjeuner, il a commencé à ranger la vaisselle que j’avais faite la veille (pour m’aider sans doute), en faisant un bruit d’assiettes et de couverts comme si nous avions invité un régiment à dîner.
- Chut, tu vas réveiller l’enfant !
- Ah, oui, c’est vrai !
A peine le petit déjeuner avalé, le mari a filé sous la douche pendant que je débarrassais. L’enfant s’est réveillé au moment où le mari sortait de la salle de bain, prêt à faire le tour du monde. Pour que j’aille me laver plus vite, le mari m’a proposé de préparer le petit-déjeuner de l’enfant. Problème : le mari ne sait pas ce que l’enfant déjeune et il a mélangé le chocolat et les céréales alors que l’enfant veut des grumeaux, a fait chauffer le lait quand l’enfant veut du lait froid et lui a fait une tartine, alors que l’enfant n’a pas faim le matin (et est d’une humeur de chien dès qu’on le chagrine…).
Bref, trente secondes après le lever de l’enfant, le mari braillait, l’enfant pleurnichait… ça commençait bien. Je suis sortie de la salle de bain pour calmer l’enfant en lui disant « pour une fois, ce n’est pas grave, mange-le comme ça, papa est là, c’est chouette, non ? » J’en ai aussi profité pour dire au mari d’y aller calmos, qu’on n’était pas à l’armée. Quand je suis ressortie de la salle de bain, l’enfant avait fini de déjeuner et le mari avait déjà débarrassé la table pour aller plus vite. Je lui ai dit de ressortir ma tasse car j’aime bien me prendre un deuxième thé, une fois habillée. Le mari est allé chercher ma tasse en se retenant de faire une réflexion, pensant que j’ai le droit d’avoir envie d’une deuxième tasse de thé. Cependant, pour calmer l’énervement qui montait en lui, il a dit à l’enfant d’aller prendre sa douche. Mais l’enfant, qui se dépêche aussi les jours de semaine, avait envie de jouer avec ses jouets ou de traîner et ne voulait pas aller dans la salle de bain. Le mari a alors haussé le ton en disant :
- il est déjà 10h et demi. On ne va pas sortir à midi !
Je lui ai demandé où il voulait aller. Il voulait marcher, visiter, voir tout ce qu’il n’a jamais le temps d’aller voir. Pour le faire bouger et se rendre utile, je lui ai proposé de descendre la poubelle, le temps qu’on finisse de se préparer. Là, le mari a commencé à s’énerver pour de vrai !

Enfin, l’enfant a pris sa douche et s’est habillé après une demi-heure de tergiversations et de jeux avec les peluches. Nous sommes sortis à midi, prêts à faire le tour du monde, quand l’enfant a dit :
- j’ai faim !
J’ai même ajouté :
- ben, c’est normal, il est midi !
Le mari a eu mal à la tête. Moi, je savais que c’était les nerfs. On est donc passé en coup de vent chez le traiteur chinois. Comme d’habitude, l’enfant a voulu ce qu’il n’y avait pas dans le menu, des baguettes et pas de fourchette, résultat, il a mis trois heures à manger et on a dû l’attendre longtemps après avoir fini notre assiette. Heureusement, il a fini par terminer. La marche pouvait donc commencer.

Le mari avait envie de nous entraîner à l’autre bout de la Terre, mais l’enfant voulait aller au parc. Ayant déjà trop cédé à l’enfant, j’ai dit qu’on irait demain et qu’on allait faire ce que papa avait envie de faire depuis ce matin. Nous sommes tous partis à pied vers ce lieu inconnu, mais qui allait nous réserver de belles surprises. Au bout d’un quart d’heure, pourtant, j’ai eu envie de faire pipi. Je n’ai rien dit tout d’abord, mais un quart d’heure plus tard, j’avais vraiment du mal à apprécier le paysage. N’y tenant plus, nous avons cherché un café, un fast-food ou un monument public pour que je puisse enfin éliminer le deuxième thé du matin… La marche pouvait continuer. L’enfant commençait à en avoir assez. Pourtant, on était presque arrivé. C’est maintenant qu’on allait vraiment marcher…
Moi, j’en avais assez aussi. En effet, je suis habituée à faire de petits déplacements dans le quartier, plusieurs fois par jour entre l’école, les courses, la poste ou autre et les activités sportives, mais je ne suis pas bonne sur les longues distances. Comme c’était l’heure du goûter, on a cherché un endroit où acheter de quoi manger. Ouf, on allait s’asseoir un instant. Un quart d’heure plus tard, on a repris la marche, mais après une demi-heure, j’ai glissé au mari qu’il fallait penser à rentrer pour préparer le dîner.
- Déjà ! Mais on n’a rien fait !
Quand l’enfant a entendu cela, il en a profité pour dire qu’il en avait assez aussi et qu’il voulait rentrer parce qu’il n’avait pas eu le temps de jouer avec ses jouets ce matin. On a donc terminé la visite et on est rentré en transports en commun car l’enfant et moi étions fourbus. Mais la soirée ne faisait que commencer : en rentrant, l’enfant et le mari sont allés s’asseoir, moi, je devais préparer le repas, mais je me serais bien assise aussi. On a dîné et vers 21h00, on a décidé de regarder un dvd sur l’ordi. On s’est couché un peu tard, mais comme j’ai moi aussi les réflexes de la semaine, le lendemain, je me suis levée à 7h00. La journée a mieux démarré que la veille car le mari a fait un sans faute pour le petit-déjeuner et l’enfant est passé sous la douche un peu plus vite. Mais le samedi était le jour des courses et le tour du monde du mari s’est transformé en tour du parc… Le lendemain dimanche, il y avait les devoirs à faire, et comme il y avait trois jours de week-end, la maîtresse avait doublé les devoirs à faire. On a donc passé la journée entière la tête dans les cahiers… Aujourd’hui, nous avons prévu une sortie. L’enfant fait de la résistance avec ses devoirs, mais on tient bon. A trois heures, nous comptons bien sortir. Il y a donc de l’amélioration. Sûr que dimanche, quand le mari repartira, on sera juste calés pour vivre en harmonie à trois.

Partager cet article

Published by Main verte
commenter cet article

commentaires

eleonor 16/05/2009 11:09

pas facile la vie a trois!

Main verte 17/05/2009 10:28


juste le premier jour !!


Marail 16/05/2009 10:21

Excellent récit, merci de détendre l'atmosphère un peu triste de mon île en ce moment. Est-ce que le mari fait le pont de jeudi prochain? Non parce que là, c'est carrément 4 jours de vie commune! à bientôt

Main verte 16/05/2009 15:07


Ce week-end aussi on fait 4 jours !! Je vais aller te voir pour te remonter le moral ! bises


Miss+canthus 12/05/2009 10:25

C'est marrant, j'ai déjà vécu ce genre de situation...sauf que l'enfant est une petite fille et que le mari aime aller travailler le samedi et la dimanche, pasqu'il a la paix et que personne ne le dérange...! :-)))

Main verte 12/05/2009 11:40


Tu es plus proche de nous que tu ne le penses !! Mais on va améliorer les choses ! bises


dany 12/05/2009 01:20

Bonjour depuis Canton (Guangzhou) Chine,pas facile a vivre, j'ai fais 36années de déplacements et le week end, bin j'étais comme ton mari, rassure toi a la retraite ,ça c'est bien terminé, nous avons divorcés,car nous ne pouvions vivre 24H/24h ensemble ;=) je te souhaite une bonne semaine. :0059: bye
http://dany.enchine.over-blog.com/

Main verte 12/05/2009 11:38


C'est dommage ! mais fallait pas partir jusqu'en Chine tout de même !  bises


blanchesor 11/05/2009 20:25

euh...comme je ne sais pas si mon second commentaire a passé vu le "bug" du pc, je te le réécris...Voilà il semblerait que ton extra-terreau soit une lépiote jaune (leucocoprinusbimbaumii) Un champignon que l'on ne trouve pas dans nos contrées, mais bien dans les serres, dans les pots de fleurs en appartement etc..Si, ils ne perturbent pas la vie des plantes, par contre ils sont toxiques. Ils ont une durée de vie assez éphémère...mais peuvent réapparaître si les conditions leurs sont favorables....Voilà voilà...j'espère t'avoir été utile..Bizzzzzz

Main verte 11/05/2009 21:39


Mais oui, très !! J'ai répondu à ton premier message. C'est tout à fait cela. Tu es la reine des champignons ! Merci beaucoup !! Bisous


Présentation

  • : Le blog de Main verte
  • Le blog de Main verte
  • : les aventures de la culture en appartement
  • Contact

conseil écolo