Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 mars 2014 3 26 /03 /mars /2014 17:16

PICT0073.jpgCette semaine du printemps, c'est la semaine des alternatives aux pesticides. En réalité, ce sont 10 jours de fête et de communication, du 20 au 30 mars pour dire que DES ALTERNATIVES EXISTENT aux pesticides chimiques. Pourquoi cette date ? Parce que c'est l'époque où les épandages sont réalisés dans les champs le plus souvent, au moment où on a envie de sortir à la campagne respirer "l'air pur" et écouter chanter les petits oiseaux.

Avant d'aller plus loin, j'aimerais faire un point sur certains mots que l'on utilise. Par exemple lorsqu'on dit "agriculture conventionnelle", on parle de celle qui utilise les pesticides chimiques. Mais l'adjectif "conventionnelle" ne correspond qu'à 60 ans, environ, de pratiques agricoles industrialisées. C'est un choix de production qui a été fait après la guerre lorsqu'il n'y avait plus rien à manger. J'ai lu un livre à ce sujet récemment. On peut le comprendre. Il fallait produire, produire mais j'ai bondi quand j'ai appris que certains décideurs ont indiqué qu'il fallait retirer les espèces végétales sachant se défendre seules contre les parasites pour ne garder que celles qui avaient le plus fort rendement puisque de toute façon, il existait dorénavant les pesticides qui allaient anéantir tous les problèmes de parasites. Ah, bon ? D'abord, je ne savais pas qu'il existait des variétés plus "défensives" que d'autres. C'est génial ! Mais sur la partie "il y a dorénavant les pesticides pour tout résoudre", je me dis : Ben alors pourquoi on utilise toujours des pesticides ? Il ne devrait plus y avoir de parasites depuis 60 ans qu'on les utilise ! 

Je n'en dirai pas plus, à part quelques réflexions entendues ici et là :

"Nous avons derrière nous 8000 ans d'agriculture naturelle qui ont permis aux humains de se nourrir et de se développer sur Terre sans utilisation de produits chimiques. La méthode a fait ses preuves."  

"Quand on pense aux connaissances que l'on a aujourd'hui des végétaux et les moyens techniques pour mesurer les taux d'humidité dans le sol, dans l'air ainsi que les nutriments du sol, on voit bien que l'on pourrait avoir des cultures plus saines. On sait aussi lutter contre les ravageurs avec leurs prédateurs ou utiliser des plantes comme purin ou "désinfectant" naturel."

" Il est plus facile d'utiliser les graines, les engrais et les pesticides des grandes entreprises. Cultiver bio est plus dur mais aussi plus captivant et l'agriculteur retrouve son expertise d'antan."

" En 60 ans, beaucoup de choses ont été oubliées et dans les jardins partagés, ce sont les personnes venant de pays en voie de développement qui réexpliquent comment cultiver et traiter avec ce que l'on trouve dans la nature."

"Comment font les autres pays européens utilisant moins de pesticides que la France, première utilisatrice de pesticides en Europe ? Leur population manque-t-elle de nourriture ?"

"L'Autriche compte 30% d'agriculture biologique."

Quel est l'objectif de cette semaine des alternatives aux pesticides ? Quelles sont les alternatives ?

Le Grenelle de l'environnement (2007) avait dit qu'il fallait réduire de 50% l'utilisation des pesticides chimiques d'ici à 2020. Après une légère diminution, les tonnages en 2012 ou 2013 ont encore augmenté... Bref, nous restons les n° 1 de l'utilisation de pesticides en Europe. La semaine des alternatives aux pesticides permet de faire passer le message que l'on peut les diminuer.

Comment les diminuer ?

En dehors de l'agriculture biologique, il existe d'autre façon de cultiver, la production intégrée qui n'est pas biologique, mais qui n'est pas conventionnelle non plus.  Elle est entre les deux et utilise moins de pesticides (qui coûtent de l'argent à l'achat aussi). Il y a aussi l'agriculture biodynamique qui observe le champ et son environnement comme un système équilibré et qui essaie de conserver l'équilibre des sols et des végétaux pour améliorer la qualité des produits. Elle tient compte notamment des phases de la Lune pour agir. Bref, c'est un peu la façon dont nos grands-parents agissaient.

Pour aller voir le site de la semaine des alternatives aux pesticides, c'est ici.

photo fleurs de poivrons bio (main verte)

Partager cet article

Published by Main verte - dans Ecologie
commenter cet article

commentaires

lizathenes 29/03/2014 13:20

ça c'est ce qu'on tente de nous faire croire. Il n'y a qu'à voir ce qui s'est passé en France il y a quelques semaines où un agriculteur s'est vu en justice parce qu'il avait refusé de traiter sa
vigne malgré les demandes préfectorales !

lizathenes 28/03/2014 18:11

Il y a 60 ans on commençait effectivement à utiliser des engrais chimiques. Mais nous n'étions livrés, à cette époque, pieds et poings liés à Monsanto et ses pratiques abusives.

Main verte 29/03/2014 10:40



Il y a eu des changements, notamment sur les semences. Je crois qu'on peut replanter ses propores graines maintenant si ce n'est pas à partir de semences d'un semencier (ou quelque chose comme
ça).



Quichottine 28/03/2014 12:10

Je ne peux qu'être d'accord.
J'espère que nous retrouverons une juste mesure très bientôt.
Passe une douce journée.

Main verte 29/03/2014 10:38



Merci, toi aussi Quichottine !



erato 27/03/2014 22:57

Autrefois les pesticides étaient pulvérisés par hélicoptère , maintenant c'est interdit et la culture est redevenue plus saine.Je suis entourée de champs " bio " , les résultats sont magnifiques
.J'ai donc signé un accord , je n'emploie pas de pesticides que je n'ai d'ailleurs jamais employés.Mon jardin est naturel !!
Belle soirée Main Verte

Main verte 29/03/2014 10:38



Tu as de la chance ! Quelle est cette région agréable pour ceux qui ne te connaissent pas ?



Présentation

  • : Le blog de Main verte
  • Le blog de Main verte
  • : les aventures de la culture en appartement
  • Contact

conseil écolo