Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 février 2011 7 13 /02 /février /2011 08:25

Me voici de retour pour la bonne cause : la santé de nos enfants (et la nôtre) !

 

A la suite d'une étude menée l'année dernière et dont les résultats ont été publiés en décembre, on apprend que les aliments d'un repas type d'enfant (avec 5 fruits et légumes par jour + 3 rations de lait) comportent finalement une panoplie de résidus de produits chimiques. Lire ici.

 

Parallèlement, le Grenelle de l'Environnement (2007) disait que les repas des enfants dans les cantines doivent proposer 20% de produits bio en 2012. On en serait à moins de 2%...

 

En 2013, l'Union Européenne doit rediscuter la Politique Agricole Commune (PAC). En montrant que nous voulons du bio dans les champs et dans les assiettes de nos enfants à l'école, elle aidera sans doute mieux les agriculteurs à se convertir.

 

Le bio c'est bon pour la santé des consommateurs et des agriculteurs, mais l'agriculture bio protège aussi les rivières et les nappes  phréatiques, c'est à dire nos ressources en eau (que l'on retrouve au robinet) et l'air aussi. Elle crée des emplois locaux et sert également à protéger la biodiversité, avec laquelle elle travaille.

 

Enfin, les produits biologiques ne sont pas toujours plus chers à l'achat : la preuve !

 

Pour agir, c'est simple : le WWF propose d'envoyer un courrier déjà écrit  (modèle ici) soit au maire de sa ville (pour les écoles primaires), soit au président du conseil régional ou général (pour les collèges et lycées). Changer le mot "maire" par "président" dans le titre si besoin est.

J'ai contacté la responsable de l'établissement scolaire de l'enfant pour lui demander de remplir le questionnaire du WWF (5 questions seulement) sur ce qui se fait déjà dans sa cantine. Elle m'a dit qu'elle allait le remplir.PICT0006.jpg

 

Vous pouvez retrouver toute les informations sur le site "oui au bio dans ma cantine". Pour faire changer notre monde, en mieux ! Motivant, hein !

 

 

 

photo Main verte : mon poivron bio

Repost 0
Published by Main verte
commenter cet article
5 février 2011 6 05 /02 /février /2011 09:36

Les mathématiques, et notamment l'arithmétique, semblent souvent plus compliquées à dominer que le français. Mais avec un peu d'entraînement, des petits "trucs" pour faciliter les calculs, on jongle finalement très vite avec les chiffres, et ce, à tout âge.

A la petite école, le "système D"

L'école primaire est le premier endroit où l'on se familiarise avec les mathématiques. A cet âge, il est tout à fait normal de compter avec ses doigts pour additionner ou soustraire. Après tout, les premiers hommes utilisaient leurs doigts aussi ou bien des bâtonnets. Ce "système D" a toujours bien fonctionné, car il permet de visualiser le concept des nombres. Autant l'utiliser aujourd'hui encore que l'on soit petit ou grand, avant de passer à la vitesse supérieure.

Une fois le premier "contact" établi avec les chiffres, il faut passer au par-cœur et apprendre ses tables d'addition comme de multiplication. Lorsqu'on les connaît bien, les tables nous servent toute la vie et permettent d'effectuer des calculs de façon beaucoup plus rapide.

Apprendre ses cours et faire ses exercices permet ensuite de s'entraîner, mais on peut aussi faire les maths en s'amusant, en se lançant, par exemple, de petits défis en famille pour savoir qui répondra le plus vite.

Des trucs et astuces

Ce sont souvent de petits détails qui provoquent des angoisses et font détester les maths, mais avec une astuce, on se prend vite au jeu et la satisfaction est grande.

Pour additionner 9 à un chiffre, il est plus facile d'ajouter 10 puis de retirer 1. Idem pour une soustraction. Les pourcentages sont plus faciles à calculer en les visualisant. Moins 25% est en réalité le quart (ou la moitié de la moitié). C'est pratique pour les soldes.

Enfin, il ne faut pas hésiter à laisser libre cours à son imagination. En effet, lorsque l'on aborde les nombres relatifs où l'on doit soustraire ou additionner des chiffres négatifs, il ne faut pas rompre avec la logique pure et dure.

En cas de besoin d'une aide en mathématique, un(e) jeune voisin(e) peut parfois débloquer les choses grâce à un contact amical hors du cadre scolaire qui motive souvent. Des sites pour les maths gratuits comme Mathenpoche.sesamath.net permettent également de s'exercer sans avoir peur de se tromper ni d'être noté.

la calculette est utile, mais aussi quelques astuces pour compter seul
Repost 0
Published by Christine Véa - dans Mathématiques
commenter cet article
31 janvier 2011 1 31 /01 /janvier /2011 12:29

La Terre compte six continents, dont un inhabité. Ces immenses territoires représentent en réalité à peine un tiers de la surface de la Terre. Les mers occupent le reste de la surface terrestre.

Les six continents terrestres sont les suivants : l'Amérique, l'Europe, l'Afrique, l'Asie, l'Océanie et l'Antarctique. Si l'on distingue l'Amérique du Nord de l'Amérique du Sud, on peut parler également de sept continents.

Contrairement au Pôle Nord (l'Arctique), l'Antarctique (le Pôle sud) n'est pas uniquement constitué de glace, mais possède bien un sol sous la glace.

La majorité des continents se situent dans l'hémisphère nord de la Terre. Entre les continents se trouvent cinq grands océans : l'océan Pacifique, l'océan Atlantique, l'océan Indien, l'océan glacial Arctique et l'océan glacial Antarctique.

Les humains sont répartis de façon inégale sur les continents. L'Antarctique n'est pas habité, l'Asie est, en revanche, le continent plus peuplé. Vient ensuite l'Afrique, l'Amérique, l'Europe et l'Océanie, très peu peuplées. Sur un même continent, la population est concentrée dans les zones habitables, et très peu présente au coeur des forêts ou dans les déserts.

Au cours de l'histoire de la planète, les continents n'ont pas toujours été au nombre de six. En réalité, à l'époque du Jurassique, lorsque les dinosaures étaient l'espèce dominante sur Terre, il n'y avait qu'un seul continent : la Pangée.

Petit à petit, la Pangée s'est découpée, entraînant de terribles tremblements de terre, d'énormes crevasses, faisant sortir des chaînes de montagnes et en séparant les espèces vivantes du premier continent. Les mers intérieures sont apparues qui ont donné les océans et les mers d'aujourd'hui.

Les continents ne resteront pas sous leur forme actuelle. La pointe de l'Asie touchera sans doute un jour le continent américain. De même, la mer méditerranée disparaîtra certainement aussi, car les continents africain et européen se rapprochent.

En effet, la croûte terrestre bouge naturellement, notamment par plaques (tectonique des plaques), sous la poussée du magma en provenance des profondeurs de la Terre.

Ces mouvements se font par quelques centimètres par an, mais entraînent parfois de grands tremblements de terre ou des raz-de-marée lorsqu'un bloc terrestre se réajuste brutalement.

Les points de contact des plaques terrestres sont connus et déclarés comme zones sismiques. Mais des tremblements de terre plus petits se produisent aussi dans des régions qui ne sont pas considérées comme des zones à risque.

La rencontre de deux continents produit la montagne
Repost 0
Published by Christine Véa - dans Astronomie & espace
commenter cet article
14 janvier 2011 5 14 /01 /janvier /2011 09:53

Connue pour son architecture et sa Tour Eiffel, la ville de Paris recèle également de nombreuses espèces animales, notamment d'oiseaux aquatiques, visibles pour qui sait ouvrir l'oeil. Voici quelques endroits où l'on peut les apercevoir.

Les mouettes, oiseaux marins les plus visibles

Toujours en groupe, les mouettes sont omniprésentes été comme hiver et se régalent des détritus échappés des poubelles ou flottant sur l'eau. Un de leur dortoir préféré se trouve Quai Louis Blériot, dans le 16è arrondissement, où des péniches remplies de sable sont amarrées en permanence.

En les observant un instant, on aperçoit d'autres oiseaux marins, plus corpulents et aux plumes noires : des cormorans (voir photo). Le spectacle vaut la peine de s'arrêter un instant. En effet, les cormorans sont de très bons nageurs et disparaissent plusieurs minutes sous l'eau en quête de poisson. On ne sait jamais où ils vont réapparaître et lorsqu'ils refont surface, on reste étonné de la distance qu'ils ont parcouru sous l'eau.

Leur façon de sécher leurs plumes au vent est un joli spectacle que l'on peut observer Quai Louis Blériot, également.

Des oiseaux d'eau douce aussi

Il est possible de voir en été un couple de cygnes blancs, accompagnés de leurs petits, le long des rives de la Seine, près du pont Mirabeau notamment.

Mais le spectacle le plus insolite se trouve peut-être sur le canal Saint-Martin, quai de Valmy, au niveau de la dernière écluse avant la disparition sous terre du canal. A cet endroit, des canards colverts se font volontairement piéger avec une péniche entre deux portes de l'écluse et attendent sagement que le niveau de l'eau baisse. Pour quelle raison ?

La baisse du niveau de l'eau laisse les murs du canal, habituellement submergés, à l'air libre où des larves et des herbes aquatiques s'étaient accrochées. Les canards n'ont plus qu'à se servir depuis le haut du mur jusqu'en bas, en profitant de l'ascenseur. Lorsque l'écluse s'ouvre, les gourmands s'écartent pour laisser passer la péniche, et profitent de la remontée des eaux pour repasser à table.

Un autre habitant des cours d'eau est visible dans la capital : le héron cendré, qui pêche parfois quai Saint-Exupéry, près de la Porte de Saint-Cloud, mais qui a élu domicile au Bois de Boulogne, au point d'eau situé avant le Pont de Suresnes.

cormoran quai Louis Blériot
Repost 0
Published by Christine Véa - dans Oiseaux
commenter cet article
25 décembre 2010 6 25 /12 /décembre /2010 10:53

Le blog est en pause, mais je pense à vous toutes, amies blogeuses, et aux deux ou trois amis masculins qui passent aussi. Je vous souhaite une heureuse année 2011. Les 7 souris vont bien et nous aussi ! Les plantes poussent, l'appartement n'est toujours pas bien rangée, il y a toujours quelques cartons à vider (depuis septembre) et nous manquons d'armoires pour ranger le reste... Le balcon est en désordre (et il le reste car il fait trop froid pour ranger dehors). Ma mère dit que nous avons un appartement très "vivant". Un euphémisme qui en dit long !

J'y retourne donc et remets le blog en pause jusqu'à ce que chaque chose ait trouvé sa place...

 

Repost 0
Published by Main verte
commenter cet article
22 décembre 2010 3 22 /12 /décembre /2010 12:07

Le mot biodiversité est apparu dans les années quatre-vingt. Il désigne l'ensemble du vivant sur terre et les équilibres naturels, en lien direct avec les activités humaines.

Créé en 1985 par le scientifique américain W.G. Rosen et utilisé dans un colloque à Washington l'année suivante, le mot biodiversité a été repris et popularisé au Sommet de la Terre à Rio de Janeiro en 1992.

La biodiversité désigne l'ensemble du vivant sur la terre, depuis le micro-organisme présent dans le sol ou dans l'intestin humain (la flore intestinale) aux animaux terrestres et marins, en passant par le monde végétal.

Il inclut les écosystèmes, c'est-à-dire les liens d'interdépendance entre les espèces et entre ces espèces et leur environnement, et la variété des gênes.

Plus la biodiversité est grande, plus elle possède de capacités pour s'adapter aux évolutions des conditions de vie sur terre.

En tant que mammifère supérieur, l'homme fait partie intégrante de la biodiversité et en dépend pour vivre. Il se nourrit de plantes et d'animaux ou de leur production (lait, miel). Il se soigne en utilisant des molécules végétales ou animales, confectionne ses habits à partir du coton, de laine, de lin. Le bois lui sert à se meubler et à se chauffer, le pétrole et le charbon à se chauffer ou à se déplacer.

Depuis plusieurs décennies, l’utilisation par les humains de la biodiversité se fait à un rythme trop soutenu qui ne permet plus son renouvellement naturel.

En rompant les équilibres des écosystèmes et en polluant, les hommes affaiblissent ou font disparaître des pans entiers de la biodiversité qui auraient pu leur servir comme nouvelles sources de médicaments ou pour trouver des espèces capables de s’adapter à la modification du climat en cours.

La perte de biodiversité se ferait à un rythme 1000 fois supérieur au rythme naturel. L'année 2010 a donc été désignée par les Nations Unies comme l'année de la biodiversité pour faire comprendre qu’il faut protéger notre environnement, lui conserver sa grande variété qui lui permet de se renouveler, car nous en dépendons directement pour vivre.

pollinisation des fruits et matériau de construction, deux exemples d
Repost 0
Published by Christine Véa - dans Ecologie
commenter cet article
7 octobre 2010 4 07 /10 /octobre /2010 13:13

Non, je ne vais pas vous raconter l'histoire du vaillant petit tailleur, mais celle de Main-Verte-la-tête-ailleurs qui se demande bien quelle mouche l'a piquée quand elle a dit oui à l'enfant.

Imaginez un enfant qui annonce un jour le prêt pour une semaine d'une souris appartenant à une camarade de classe. Imaginez qu'au bout d'une semaine, la camarade déclare qu'on peut garder ladite souris 15 jours de plus. Grand saut de joie de l'enfant, doute qui s'installe dans ma tête (le mari, noyé sous le travail, croyait que la semaine de prêt n'était pas encore terminée). Imaginez qu'au bout des 15 jours, alors que nous devions rendre la souris, l'enfant rentre, éploré, indiquant que la mère de la camarade de classe veut jeter Cappuccino  dans les toilettes et tirer la chasse car elle n'en veut plus à la maison... Depuis 3 semaines, Cappuccino était l'objet de toutes nos attentions (on reçoit bien les invités, surtout quand on sait qu'ils vont repartir), et la souris nous trottinait sur la tête, sur les genoux, dans le cou, quand elle ne prenait pas l'apéritif avec nous, friande d'un biscuit goût beurre caillé-oignon (le truc qui ne plaît qu'à une souris).100 2299 Bonnes poires, nous décidons de garder Cappuccino.

Ayant un nouvel ami à s'occuper, l'enfant se lance alors dans une recherche de documentation pour savoir comment le nourrir, le divertir et lui aménager son intérieur. Et là, le couperet tombe : il faut une deuxième souris, sinon la souris célibataire risque de mourir d'ennui.

Bon, vue la taille, une deuxième, pourquoi pas. Je ne suis pas forcément contre. L'enfant le sent immédiatement et propose même de choisir une femelle pour avoir des bébés ! Sur un coup de folie, je dis oui car j'ai moi aussi envie de voir des bébés souris mais je fais promettre à l'enfant de n'en garder que 2. Promis, craché, juré ! Que 2 ! Nous filons comme un éclair en riant d'avance de la tête du mari quand il va voir la deuxième souris, et la deuxième cage, pour les 2 prochains bébés... Je vérifie auprès du vendeur qu'il peut me reprendre les autres bébés. C'est possible. Nous achetons une pin-up grise et duveteuse : j'ai nommé Flanelle !PICT0031.JPG

Quel joli couple ils vont former ! De quelles couleurs seront les bébés ?? Une seule précision à l'attention de l'enfant : ne les marions pas trop tôt car les vacances d'été seront bientôt là et nous allons encore une fois sillonner les routes jusqu'en Espagne, ce qui ne serait pas pratique avec une tripotée de nourrissons roses et affamés. Dès le lendemain, les souris sont mariées et Flanelle enceinte !

100_2586.JPGLes bébés roses sont arrivés chez Pépé et Mémé. Un soir, en soulevant la noix de coco qui lui servait de maison, nous avons découvert 10 petits chewing-gums à la fraise qui se tortillaient et criaient "scouik" "scouik" !

Nous pouvions maintenant réviser en grandeur nature le cours de biologie sur les souris que l'enfant avait eu pendant l'année scolaire ! Nous avons pris beaucoup de photos, vu l'apparition des taches sur la peau avant l'apparition des poils, assisté à l'ouverture des yeux, aux premiers pas et aux premières culbutes des moins doués des bébés ! Nous avons aussi été témoins de cannibalisme en direct (un vrai massacre à la dent tronqueuse), hurlé, récupéré le petit, mais n'ayant plus que la moitié de son corps, il n'a pas survécu. Deux autres bébés ont disparu, mais là, nous n'avons rien vu. Bref, sur 10, il en est resté 6. Flanelle est morte aussi, après s'être dévouée corps et âme aux souriceaux qu'elle n'avait pas mangés. Il nous reste donc aujourd'hui le papa et 6 bébés : expressounet, scouik, blairette, tite-souris... dans 4 cages sinon c'était la bagarre. 100_2787.JPGMaintenant qu'ils ont des noms, impossible de les donner au marchand ! Ce serait comme vendre un cousin et puis "il y a des gens qui les donnent à manger à leur boa" a dit l'enfant. La tribu a donc l'honneur d'habiter dans les toilettes, mais je promets de ne pas les jeter dedans, même si le matin, en voyant le désastre quand je vais faire pipi, ce n'est pas l'envie qui me manque. Ah les devoirs de vacances, les TD de sciences naturelles, non, dans 3 ans, on ne m'y reprendra plus !

(photos Main verte, le mari et l'enfant)

Repost 0
Published by Main verte
commenter cet article
28 septembre 2010 2 28 /09 /septembre /2010 12:40

100 3310José Gualinga fleurit la canopée de son territoire en forêt amazonienne pour sauvegarder son mode de vie. A lire sur bonnes nouvelles environnementales link

Chez moi, les cartons fleurissent toujours...

Repost 0
Published by Main verte
commenter cet article
8 septembre 2010 3 08 /09 /septembre /2010 11:46

C'est la folie : des cartons et de la poussière partout, plus de temps pour le blog... mais nous avons un sourire jusqu'aux oreilles : nous déménageons ! Et devinez ce que nous aurons dans le prochain appartement ?? Un BALCON ! Je sens que cela va pousser dur ! Le tome 1 de ces aventures d'une agricultrice d'appartement s'achève donc, mais de nouvelles aventures se profilent pour le tome 2, celui d'une agricultrice sur un balcon...Bientôt des photos !

Repost 0
Published by Main verte
commenter cet article
18 juillet 2010 7 18 /07 /juillet /2010 09:52

L'enfant et moi sommes montés dans une montgolfière. Pour l'enfant, c'était du déjà vu, pour moi, c'était un baptême. Je me demande toujours de quoi les enfants vont s'émerveiller quand ils seront grands et qu'ils auront déjà tout fait ou tout vu ! Heureusement, avec le mari, nous ne forçons pas la dose et nous passons plus de temps dans les bibliothèques municipales, les jardins ou les musées que dans les cinémas, les fast-foods ou les parcs d'attraction. Quand on y va, en revanche, c'est un vrai plaisir.

Cela dit, ces beaux principes ne sont pas toujours respectés, j'avoue, car l'enfant doit avoir un minimum de points communs avec les enfants de son âge. Nous avons donc accepté une console machin sur laquelle le mari passe finalement plus de temps que l'enfant et à Noël ou à l'anniversaire, un habit de la marque truch much pour faire partie du groupe. En revanche, je dis toujours oui pour un livre ou une nouvelle activité, soit sportive soit musicale. On ne sait jamais, une passion peut se révéler et donner un objectif motivant à l'enfant pendant les années de l'adolescence. Plutôt que de faire des bêtises ou de déprimer à ne savoir quoi faire, le cours de karaté ou de guitare occupera deux moments par semaine et ce sont aussi deux sujets supplémentaires justifiant une expo ou une sortie pour assister à un championnat. Si c'est pas de l'amour, ça ! En tout cas, le métier de maman est très prenant, avec des objectifs à long terme, enfin moi, je le vois comme ça. Je dirais même plus, c'est un exercice périlleux puisqu'il nous mène jusque dans une montgolfière où l'on n'est pas toujours si fier, d'ailleurs !

En effet, nous sommes montés très haut, la preuve :

PICT0032.JPGmais c'était beau :

000_0008.JPG

En indécrottable Main verte que je suis, j'en ai profité pour montrer l'architecture du jardin d'en haut et nous avons fait un tour dans la grande serre que l'on voit sur la photo au fond, pour découvrir des espèces tropicales. Il y a des arbres d'Australie, notamment. Ben oui j'ai pas fait musique ni karaté quand j'étais petite, mais à force de jouer dans la cour et de patauger dans les tas de feuilles mortes en automne, de poursuivre mon chat Bigoudi et d'essayer de lui retirer de la gueule un moineau qu'il avait attrapé, d'écrire sur le béton avec les petits fruits des marronniers au printemps, j'ai fini par découvrir la nature et par l'aimer avec passion. J'en souhaite autant à tous les enfants d'aujourd'hui.



Repost 0
Published by Main verte
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Main verte
  • Le blog de Main verte
  • : les aventures de la culture en appartement
  • Contact

conseil écolo