Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 juin 2009 2 30 /06 /juin /2009 10:08
Il y a de la chance pour la canaille !!  Mon futur neveu jardinier s’est à peine remis de ma demande officielle de ver en plein repas de famille, que je n’ai déjà plus besoin de ses services ! Hier, alors que je tripatouillais dans ma terre bio pour planter quatre noyaux d’une espèce tropicale dont je vous parlerai si elle pousse, voici que j’aperçois un joli ver de terre, bien vivant et se tortillant pour que je le remarque ! Je dis « bien vivant » car j’en avais déjà trouvé un dehors, mais quelqu’un lui avait marché dessus et il avait la tripaille à l’air. Le pauvre ! Je l’avais tout de même mis de côté sur un coin de terre, en me disant que s’il devait survivre à ses blessures, il pourrait s’enfouir de nouveau et ne plus être écrasé.
Mais hier soir, en voyant celui-là bien vivant, j’ai sauté de joie, rameuté mari et enfant qui avaient autre chose à faire, mais tant pis pour eux !
Aussitôt vu, aussitôt pris : j’ai glissé le ver dans mon compost, et comme je ne savais pas s’il y avait assez de terre entre les épluchures, j’ai rajouté par-dessus lui un verre de terre bien mouillée. Un verre de terre, ce n’est pas beaucoup, je sais. Mais le ver n’est pas bien gros non plus. Par ailleurs, j’ai pensé que ce domicile exigu, de type studio, allait le motiver pour grignoter les épluchures et se faire un F2 d’ici quelques mois. Hé oui, chez les vers aussi il faut trimer pour avoir un bel appartement !
Ce qui m’ennuie, cependant, c’est que je ne peux pas vraiment inspecter mon compost. En effet, des moucherons aux yeux rouges y sont blottis par centaines et à chaque fois que je rajoute une épluchure, ils s’envolent et tentent d’entrer dans la cuisine. Certains ont même réussi ! Alors, je dois ruser : quand j’ai une épluchure à jeter, j’ouvre la fenêtre sans bruit, j’approche la main au-dessus du sac en papier et hop ! je jette et je referme très vite la fenêtre. C’est tout un sport ! Malheureusement, je vise mal. En effet, le sac est placé plus haut que mes yeux et il s’est un peu affaissé lors du dernier orage. Du coup, l’ouverture pour y jeter les restes est moins large et je ne sais pas si cela tombe dans le sac ou sur la tête des petits voisins du dessous. L’école n’est pas encore finie, alors ils sont peu souvent dehors, mais dès jeudi, je ferai attention.
Je vous mets une photo du compost, prise le bras tendu mais sans visibilité. J’espère qu’un moucheron aux yeux rouges ne va pas s’amuser à venir se faire photographier en gros plan !
photo Main verte
Repost 0
Published by Main verte
commenter cet article
26 juin 2009 5 26 /06 /juin /2009 14:14
Avec la nature, on ne s’ennuie jamais. Chaque fois que je regarde mes plantes, que je mets un doigt dans la terre pour mesurer scientifiquement le taux d’humidité ou que, simplement, je l’inspecte pour voir si tout va bien, je découvre quelque chose de nouveau. L’autre jour, j’ai trouvé des bouffe-nez. Oh, je les connaissais déjà, malgré leur petite taille, mais la dernière fois que je les ai étudiés, j’en ai appris très long sur leur caractère.
Figurez-vous que ces petites bêtes blanches, fines comme un cil et mesurant 1 millimètre de long sont en réalité de vraies teignes, mauvaises, impétueuses et n’ayant peur de rien. Elles ne s’attaquent pas aux plantes et doivent même avoir un rôle de nettoyeur de résidus végétaux, mais entre elles, quelles terreurs ! J’en ai vu deux se mordre le nez comme deux pitbulls lors d’une attaque sanguinaire qui a duré environ 4 secondes. Quand on sait que le temps de vie est proportionnel à la taille, ce combat de gladiateurs a dû durer au moins trois mois de leur précieux temps. Pour calmer tout le monde, je leur ai versé un verre d’eau sur la tête, véritable déluge océanique pour elles, mais elles en sont ressorties indemnes et chacune est retournée vaquer à ses occupations !
Cette histoire m’a traumatisée pendant toute la journée : comment peut-on être si petit et si méchant ? Quel enjeu justifiait donc cette lutte ? Qui étaient-ils ? Deux mâles luttant pour un territoire ou deux commères se crêpant le chignon ? Puis, des bouffe-nez aux humains, le saut étant facile à faire, j’ai commencé à réfléchir sur la méchanceté humaine. Est t-on méchant par nature ? Les imbéciles sont-ils méchants ? Faut-il avoir une certaine dose de méchanceté pour s’en sortir dans la vie ? La méchanceté est-elle la conséquence d’un manque, de la jalousie, de méchanceté subie auparavant ? Personnellement, je n’ai pas trop le temps d’être méchante et surtout, je n’ai pas envie de l’être ! Il y a d’abord le quotidien à assurer, les obligations diverses à respecter, les surprises à gérer, les petits plaisirs à réussir à caser dans son emploi du temps et toutes les choses en retard à finir !! N’ayant plus le temps de réfléchir, j’ai laissé là mes pensées philosophiques et j’ai téléphoné à mon ancien opérateur de téléphone portable pour demander le déverrouillage de mon téléphone car je passais à un autre opérateur moins cher. Bien entendu, cela n’a pas marché du premier coup et le jeune homme, méprisant au possible et se trompant en plus de dossier (il me disait que mon nom était faux et que j’avais acheté mon téléphone en 2007 - impossible, j’habitais encore en Espagne !), m’a tellement énervée que j’avais envie de lui bouffer le nez… Heureusement j’avais conservé la facture du téléphone datant de deux ans et il n’a plus moufté quand je lui ai donné le code emai, imo et emu, le code pin pan et poun ainsi que la date de mon dernier rappel de tétanos et le numéro de téléphone des trois derniers occupants de l’appartement pour vérifier que c’était bien moi. Non, mais, c’est pas parce que je suis impuissante au bout de mon téléphone face à un blanc-bec omnipotent avec son ordinateur retraçant ma vie depuis ma conception que je vais me laisser impressionner ! Mais cet épisode m’a permis de trouver la raison de la bagarre entre les deux bouffe-nez de ma terre bio : à mon avis, le premier essayait lui aussi de changer d’opérateur de portable… et il avait perdu sa facture !
Repost 0
Published by Main verte
commenter cet article
23 juin 2009 2 23 /06 /juin /2009 15:22
Un peu plus et je ratais le premier anniversaire de mon blog !! Un an de culture en appartement, déjà, et toujours aussi peu de production à se mettre sous la dent… Heureusement, la production écrite ne s’est pas tarie. Comment fêter cette première année ? Avec des photos.

Imaginez tout d’abord une terre sans végétaux :














Ça fait peur, n’est-ce pas ?



Imaginez maintenant mon bonheur quand je vois pointer des petites feuilles, s’ouvrir une fleur ou grossir un fruit.



Regardez aussi comme mes bébés ont bien grandi.

le néflier avec 3 feuilles et avec 6 feuilles. Il en est à 8 aujourd'hui.















les deux mandariniers en 2008,

les mêmes aujourd'hui.



















Merci à vous, également, qui venez si régulièrement que j’ai l’impression de vous connaître ! On commence un blog pour parler de ses plantes vertes, et finalement, on découvre un monde d'humains communicatifs ! Comme quoi, les plantes mènent à tout !
Repost 0
Published by Main verte
commenter cet article
22 juin 2009 1 22 /06 /juin /2009 15:00
Ma nièce a un amoureux. La présentation officielle de celui qui deviendra peut-être son mari a eu lieu hier dimanche, lors d’un repas de famille que j’ai organisé pour l’anniversaire de l’enfant. Personnellement, j’aimerais bien qu’elle se marie avec lui car le jeune homme est… jardinier ! D’emblée, pour le mettre à l’aise et lui dire qu’il avait une alliée dans la famille, au restaurant, je lui ai demandé s’il voulait bien m’offrir un ver. Il a levé son verre comme s’il voulait boire à ma santé, mais je lui ai dit que je ne parlais pas de ce verre-là, sinon de ver car je fais un compost. Ma nièce, qui ne le lâchait pas d’un pouce, même à table (j’ai bien vu qu’elle lui tenait la main entre leurs deux chaises. Heureusement, on était dans un japonais et l'amoureux pouvait manger avec des baguettes de l’autre), m’a dit :
- « pourquoi tu ne t’achètes pas une boîte de vers en animalerie ? »
- « Mais je ne veux pas faire de l’élevage - ai-je répondu
- j’en veux juste un pour mon compost ! »
Mémé Main verte est alors intervenue pour dire qu’elle ne savait pas qu’il fallait un ver dans le compost, et, en parlant de ver, a demandé qu’on lui resserve un peu de rosé car le sien était vide. Du coup, l’amoureux en a profité pour ne pas répondre, mais j’attends qu’il soit ferré pour de bon, et avant le mariage, je lui redemanderai un ver, sinon, ils n’auront pas de cocotte minute en cadeau.
A part cette première dérobade (mais on l’excuse car son futur beau père était juste à côté et nous expliquait qu’avant de rentrer chez lui le week-end, il passait par un fast food pour se goinfrer car il savait que le frigo serait vide… ce à quoi le mari (mon cher et tendre) expliquait que lui avait des épinards bio le week-end et qu’il passait au fast food le lundi), le futur neveu était sympa. Il ne m’a pas appelée tata (sinon il s’en serait pris une car cela ne me rajeunit pas) et il n’a pas été choqué quand Natacha, ma cousine, a expliqué que son mari l’avait quittée car elle n’aimait pas faire l’amour mais qu’ensuite elle avait eu plein d’amoureux !! Le serveur est alors arrivé pour offrir du gingembre en disant que cela avait des effets aphrodisiaques et Pépé Main verte a demandé s’il pouvait en avoir double dose.

Qu’est-ce qu’ils avaient mis dans les sushis ?

Je vais téléphoner à ma nièce pour savoir si son amoureux n’a pas décidé de s’expatrier et si elle me répond qu’il est toujours là, j’en profiterai pour lui rappeler qu’il me doit un ver ! 


Repost 0
Published by Main verte
commenter cet article
19 juin 2009 5 19 /06 /juin /2009 13:56
Si dans l’article « mes plantes vues d’en haut » j’ai effectivement repris l’idée de Yann Arthus Bertrand, dans cet article intitulé « mes plantes vues d’en dessous », l’idée est bien de moi ! Je trouve que le résultat est étonnant. En revanche, ne croyez pas que ce soit plus facile de prendre les photos du dessous. Il faut soit se coucher (là, je sais faire), soit se tordre et se faire un tour de reins (maintenant, ça va mieux), sans parler du ridicule des postures devant les voisins, qui ont préféré fermer leurs volets plutôt que de voir leur voisine par au-dessus et par en dessous. Ah, la vie d’artiste…on est toujours incompris ! Heureusement, vous êtes là et je sais que vous me comprenez. Attention les mirettes !

palmier et plafond


olivier et rideau


ananas et volets fermés


néflier, Grand Mandarinier et jardinière à la fenêtre


chlorophytum et tour de reins !
Photos Main verte, of course.
Repost 0
Published by Main verte
commenter cet article
18 juin 2009 4 18 /06 /juin /2009 10:51
Aujourd'hui, tout le monde demande du bio dans les cantines. Voir sur le site du WWF : http://ouiaubiodansmacantine.fr
Repost 0
Published by Main verte
commenter cet article
17 juin 2009 3 17 /06 /juin /2009 11:41
Sans vouloir copier Yann Arthus Bertrand, j’ai eu l’idée de photographier mes plantes d’en haut en voyant la photo du néflier prise de cette façon et montrant une parfaite symétrie dans sa pousse. Encore une séance de gym devant mon fan, le pigeon, car la prise de vue d’en haut est facile pour les jeunes pousses mais plutôt acrobatique pour le palmier qui est plus haut que moi !
Voici le résultat : 


l'ananasle palmier
le petit mandarinier







le chlorophytum.
Repost 0
Published by Main verte
commenter cet article
14 juin 2009 7 14 /06 /juin /2009 19:35
Bien que saine de corps et d’esprit (enfin, selon les règles en vigueur par ici et maintenant), je connais si bien mes plantes que je leur attribue un caractère. Aussi ai-je décidé aujourd'hui d'écrire un recueil sur leur humeur, intitulé à la façon des scientifiques et philosophes d'autrefois "Du Caractère de mes Plantes" ou si vous préférez "Characterum Plantae meas".
Le palmier, par exemple, est un vrai pot de colle ! A chaque fois que je passe près de lui, il me fait une caresse sur l’épaule, dans le dos, dans les cheveux. Si je me baisse pour inspecter une plante plus basse, quand je me redresse, il m’a emmêlée dans ses palmes et je ressors tout ébouriffée. Moi qui ne suis jamais bien coiffée, ça ne m’arrange pas.
L’ananas, lui, est un égoïste un peu mordant. Il tolère de moins en moins de plantes dans sa jardinière, griffe les mains quand on le soigne et arrache les collants quand on passe près de lui. Avec les égoïstes, moi, je ne fais pas la bagarre. J’isole. Je continue donc à l’arroser, mais bientôt il n’aura plus que lui sur qui pleurer. On verra s’il m’offre une fleur pour s’excuser un jour, mais je crois qu’il me faudra attendre encore quelques années pour qu’il mûrisse un peu.
Le néflier est un timide. Il peut rester muet des mois entiers, puis, discrètement, se remet à faire feuille sur feuille, l’air de rien, comme un bon élève à qui la maîtresse pourrait dire « n’oublie pas de participer en classe ». Mais il est très doux, ses feuilles ont un duvet blanc. Plus tard, ce sera une force tranquille.
Litchi n°1 et litchi n° 2 sont comme des frères jumeaux. Mais il existe aussi une sorte de compétition entre eux deux, car lorsque le premier (je devrais dire le 2è, en fait) sort une feuille, l’autre en sort une aussi. Je crois que n°2 a un peu d’avance sur n° 1. Mais tous deux ont une belle couleur vert pomme (bio) et croissent régulièrement. Litchi n° 3, lui, est snob. Il a une avance certaine sur ces congénères et en plus, il est très élancé. Le mois dernier, il m’a fait croire qu’il était malade, mais finalement, ce n’était que pour se faire plaindre et aujourd’hui, il se dresse à nouveau de toute sa splendeur. Le petit n°4, en revanche, est malingre. Il continue à pousser mais ce n’est pas la grande forme. Il reste petit, rabougri mais j’ai encore bon espoir de le voir grandir prochainement. Il prendra son envol un peu plus tard.
(du plus petit au plus grand)
Grand mandarinier est ambitieux, mais il est fait pour ça. Haut dressé, il deviendra un Mandarin ou un arbre resplendissant avec un simple coup de pouce de ma part. Déjà j’ai retiré les feuilles du bas de son tronc, comme on retire les petites roues du vélo de l’enfant qui a grandi, et il a continué sa route sans aucun souci. Petit mandarinier, lui, est très famille. On sent qu’il s’épanouira au sein d’une famille de feuilles et de fruits très nombreuse, sur un territoire restreint mais dans lequel il acquerra une force inébranlable.
(plantés au même moment !)

Enfin, l’olivier, rescapé de la rue, revigoré et bien nourri, gardera certes les séquelles d’une coupe drastique à peine sorti de terre, mais il s’étire, se déploie et prend une belle amplitude. Tout en lui montre la reconnaissance d’avoir été sauvé et l’assurance d’un noble caractère qui fera de lui un solide compagnon d’ombrage aux temps les plus arides.


Et moi, maman, de tous ceux-là, un jour c’est moi qui les remercierai des bienfaits ornementaux, odorants et gustatifs qu’ils m’apporteront dans le total dévouement lié à leur espèce.
Repost 0
Published by Main verte
commenter cet article
12 juin 2009 5 12 /06 /juin /2009 18:38
Vous avez un jardin, vous aimez la nature, vous voudriez faire quelque chose d’utile mais vous ne savez pas à qui vous adresser ? Alors sortez dans votre jardin et comptez ! A moins de ne pas savoir compter, vous pouvez aider les scientifiques du Museum National d’Histoire Naturelle en comptant les papillons que vous voyez papillonner (je ne pouvais pas dire fourmiller) par-ci par-là autour de vos rosiers et de l’arbre à papillons que vous avez justement planté pour faire venir des papillons ! Maintenant qu’ils sont là (c’est la saison), c’est le moment d’intervenir !!
Depuis 2006, en effet, le Museum et l’association Noé Conservation ont créé l’Observatoire des Papillons des Jardins afin de déterminer les conditions idéales pour la sauvegarde des papillons (et nouvellement des escargots !). Grâce aux volontaires qui comptent les papillons chez eux ou dans les jardins publics depuis deux ans au printemps et en été, les scientifiques ont déjà accumulé des informations qu’ils recoupent avec des données climatiques (notamment) sur notre territoire, ou dans un ensemble de pays quand les papillons migrent. Vous voyez, c’est donc sérieux et en même temps facile à faire. Je suis même certaine que plusieurs d’entre vous avez remarqué ces derniers jours ou dernières semaines des papillons oranges avec des taches brunes. Du genre de celui-là :










(crédit photo Claire Gaumont / Noé Conservation)


n’est-ce pas ?

Hé bien, ces papillons voyagent plus que vous ! Et en laissant quelques orties au fond du jardin, vous pouvez même les aider à se reproduire pour notre plus grand plaisir. Comment le sais-je ? Je n’ai pas que la main verte, voyez-vous. J’ai aussi le bras long ! Mais trêve de plaisanterie, si vous voulez tout savoir, cliquez ici. Et si vous décidez de les compter, dites-le moi en com. Ce n’est pas tous les jours qu’on peut faire une b.a. en sortant dans son jardin !

Repost 0
Published by Main verte
commenter cet article
8 juin 2009 1 08 /06 /juin /2009 15:09
Vous ne dormiez plus de la nuit depuis que j’avais décapité mon grenadier de trois pouces ! Dormez maintenant sur vos deux oreilles (si vous y arrivez, faites-moi signe), il repousse !! Brave petit. Qu’ai-je découvert aussi hier dans le pot de litchi n° 3 : une autre pousse de grenadier que je prenais - il fut un temps - pour de la vigne !! A l’époque, je n’étais qu’une simple néophyte. Maintenant, je suis une pro de la pousse de grenadier. Il faudra que je refasse mon cv, d’ailleurs.
Pied de tomate compte trois fleurs !! hé, hé, on va bientôt faire des salades…

Une rencontre inattendue m’a également réjouie ce week-end : en allant rendre visite à une cousine malade, j’ai vu en grand la même plante que celle qui pousse dans ma jardinière (voir l’article « Drôle de manège »). C’est un arbre et non un arbuste… surtout ne le dites pas au mari !



Et puis, souvenez vous : il y avait un mystère mystérieux dans le pot du néflier. Des pousses sortaient sans crier gare et je me demandais si le néflier était une plante qui repousse toute seule par ramification, mais non !! Le mystère est résolu et la magie verte a encore opéré ! Il s’agit de deux plantes vertes dépolluantes dont j’oublie toujours le nom (je vous mets la photo). Cet hiver, la plante avait fait une pousse qui comportait à la fois des petits pieds à replanter et des sachets de graines en forme de cœur ! J’avais décroché un sachet et je l’avais ouvert tel un accoucheur opérant une césarienne pour en faire sortir deux « grainettes » que j’avais déposées dans le berceau de terre bio où pousse le néflier. Et bien, mes prématurées ont décidé de grandir !! Je me demande si je ne vais pas inventer une autre chanson pour célébrer cela. Oh, et puis non, parce qu’à la fin, vous allez me prendre pour Oui Oui, le pantin en bois qui inventait une chanson toutes les trois minutes car il était content d’avoir gardé la tête sur les épaules ou parce que Potiron ne l’avait pas grondé ! Bon, si l’olivier fait sa première olive, je vous ferai une chanson (je ne l’ai pas faite pour la première dent de l’enfant, mais il faut un début à tout).

Voilà, vous savez tout sur les dernières péripéties végétales en date ici. Bientôt la suite (le temps que ça pousse).


photos Main verte
Repost 0
Published by Main verte
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Main verte
  • Le blog de Main verte
  • : les aventures de la culture en appartement
  • Contact

conseil écolo